Français

Dimanche 3 décembre 2006 — Dernier ajout vendredi 9 décembre 2016Bibliographie
par Edmond Cros

Sélection bibliographique [ Pour les ouvrages en anglais et en espagnol, consulter Bibliography et Bibliografía] I - Théorie et critique Protée et le gueux-Recherches sur les origines et la nature du récit picaresque dans Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán, Paris, Didier, 1967,507 p. (...)

Mardi 29 novembre 2016La notion de Totalité - Structures binaires et morphogenèse. -
par Edmond Cros

EC aborde les notion de totalité et de système qu’il considère comme centrales. Il montre les modalités de l’inscription de la Partie dans le Tout, dont émerge un tiers terme avant de s’intéresser au Tout qui est dans la Partie, en rappelant que la notion de morphogenèse repose sur ce postulat. Il en vient enfin au statut du Tout : quand émerge-t-il et quel est son statut ? Sans doute la connaissance d’un Tout demande-elle- « la connaissance des actions et des rétroactions qu’il y a sans arrêt entre les parties et le tout » mais il y a un tout avant les rétroactions et un tout après. Constamment reconfiguré , au gré de l’intégration successive des Parties, des actions et des rétroactions, ce Tout qui ne cesse de fluctuer au fur et à mesure que s‘intègre un élément nouveau, s’installe et opère avec la mise en fonctionnement du réseau sémiotique.

Jeudi 2 janvier 2014 La crise du symbolique et la nouvelle économie psychique Annie Bussière, Institut International de Sociocritique Annie Bussière, I.I.S.
par Annie Bussière

La question du patrimoine engage celle du Père et de la transmission symbolique.Or, il se trouve que, de nos jours, la figure du Père est fortement contestée.D’où les questions : le Père assure-t-il encore la Transmission ? Si oui, que transmet-il ? En passant de l’économie industrielle du XIXè siècle à l’économie financière du néolibéralisme, nous sommes passés d’une économie de la névrose, bâtie sur le refoulement, à une économie de la perversion fondée sur la jouissance. L’économie industrielle s’achève en août 1971 avec la fin de l’étalon or et l’auto-régulation du Marché. Simultanément, on constate au niveau sociétal un effacement de l’étalon phallus- cette instance symbolique qui régule le manque et permet la subjectivation de l’individu- dont le déclin, il convient de le dire, s’est amorcé au siècle des Lumières ; l’individu doit désormais s’auto-réguler en dehors de toute référence symbolique,ce qui génère une nouvelles économie psychique donnant libre cours à la jouissance aux dépens du désir. On constate que les mêmes mécanismes sont à l’œuvre dans l’économie financière et dans la nouvelle économie psychique, soit le déni du réel au profit du virtuel et de l’imaginaire. Cependant, cette thèse concernant la nouvelle économie psychique, partagée par la majorité des freudo-lacaniens, est remise en question par un certain nombre de psychanalystes.Ces derniers contestent la prééminence de l’étalon phallus dans la construction de la subjectivité et pointent l’instrumentalisation de ce concept en vue de préserver la domination masculine.Dans cette perspective, les détracteurs de l’étalon phallus dénoncent une stratégie qui consiste à transformer un fait historique et culturel en donnée anthropologique universelle ; ils annoncent la fin du dogme paternel et plaident pour de nouvelles formes de paternalité. On remarquera la contradiction dans laquelle se trouvent les détracteurs du néolibéralisme économique qui, par ailleurs, plaident pour la suppression de l’étalon phallus et pour une économie psychique émancipée de toute référence symbolique au manque.Soutenir une telle posture c’est ignorer le rapport entre l’infra structure et la super structure

Mercredi 18 février 2009 — Dernier ajout mercredi 4 mars 2009Afrique et Histoire : le sujet culturel gabonais
par Jeanne-Marie Clerc

On voudrait contribuer à réfuter le discours prononcé à Dakar par le président Nicolas Sarkozy, le 26 Juillet 2007 et selon lequel « l’homme africain n’est pas encore assez entré dans l’histoire ». L’homme africain baigne dans l’Histoire depuis ses origines. On a choisi de le montrer à travers le roman gabonais, dernier venu dans l’horizon culturel africain. On peut y lire une Histoire tourmentée dans laquelle la venue du colonisateur représente une étape tardive au sein d’une continuité temporelle dont les facettes multiples incluent des ruptures profondes dépendant de facteurs topographiques et géopolitiques autant qu’humains. C’est pourquoi le « sujet culturel » y présente une originalité spécifique. En mettant en scène sous des modalités variées les écarts, et les « béances » qui ont marqué son Histoire, le romancier gabonais crée un type d’écriture romanesque dont la dynamique s’enracine dans l’ expérience de ces contradictions, inscrites dans le texte sous de multiples registres sémiotiques. Il montre ainsi, par les ruptures narratives ou les « déphasages » à travers lesquels il fait glisser les unes sur les autres les diverses temporalités, originelle, coloniale, post-moderne, que rien ne lui est étranger de cette conscience historique qu’on lui dénie.

Jeanne-Marie CLERC

Samedi 17 janvier 2009 — Dernier ajout mercredi 4 mars 2009Lecture sociocritique d’un fait divers
par Edmond Cros

TEXTE ANALYSÉ Légende au-dessous de la photo : Quatre des membres de cette famille ont été exécutés, présumément par celui qu’on aperçoit en haut, à droite. Une famille massacrée à la hache Rochester, Minnesota (AP)- Un adolescent de 16 ans a été arrêté hier par la police du Minnesota après avoir (...)

Applications
Théorie

Il s’agit ici de présenter les concepts spécifiques de la sociocritique d’Edmond Cros

À côté de la sociocritique : fictions